Le cri du coq

Le chant du loup, d’Antonin Baudry.


Nous sommes en 2019 après Jésus-Christ.
Toute la Gaule est occupée par les comédies potaches et les blockbusters américains… Toute? Non! Car un groupe d’irréductibles cinéastes résistent encore et toujours à l’envahisseur.

Le surnommé Chaussettes a un don très recherché dans la marine, c’est une oreille d’or. Cela signifie qu’il est capable d’identifier le moindre son audible en mer et que la conduite du sous-marin repose sur ses épaules. Au cours d’une mission, il confond néanmoins un sous-marin avec un cachalot et met tout l’équipage en péril.


Ceci est un film de sous-marin digne des grands films de sous-marins.
(Pour les non-initiés, un film de sous-marin est un film claustrophobique à suspens, où tous les organes liés à la respiration du spectateur cessent leur fonctionnement pendant plusieurs minutes.)
Ce film est une fierté nationale.

Il est ainsi de ton devoir, citoyen, de former des bataillons, et de marcher, marcher, vers le cinéma le plus proche, afin de voter pour l’avenir de cet art qui t’est si cher.
Car vois-tu, citoyen, il manque à ce film 600 000 spectateurs pour rejoindre Nicky Larson et le parfum de Cupidon, et 5 millions pour atteindre la première place, détenue par Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu.

Citoyen, camarade! En ces temps troublés, il est important de faire entendre ta voix et de ne pas abandonner la nation à l’aigreur et à la débauche.

Alors, ami, prends les bougres qui t’entourent, paye-les, kidnappe-les, arrange-toi comme tu veux, mais réorganise-moi ce classement!

Citoyen, l’avenir du pays est entre tes mains.


« Il y a trois sortes d’hommes :
Les vivants,
Les morts,
Et ceux qui sont en mer. »


Aristote